Opening Doors for Women

Jia Zhangke, Extrait de "Peacock, Peacock", 2022.

De la création du prix Jimei x Arles Women  Photographers à l’évolution de la représentation des femmes dans la publicité chinoise, Doors a mis à l’honneur tout au long du mois de mars 2022 les femmes chinoises dans les arts, la culture mais aussi dans la société en général.

#1 Le prix Jimei x Arles Women Photographers

Le Prix Jimei x Arles Women Photographers a été créé par Bérénice Angremy et Victoria Jonathan en 2017. Il s’agit du premier prix de ce type en Chine. Le Jimei x Arles Women Photographers Award récompense les jeunes photographes chinoises en leur accordant une bourse de 30 000 RMB et en médiatisant largement leur travail, leur ouvrant ainsi les portes de la scène artistique internationale.  

Les trois premières lauréates ont fait l’objet d’une exposition personnelle aux Rencontres d’Arles et les deux premières éditions ont été soutenues par Madame Figaro et Kering.

Guo Yingguang “The Bliss of Conformity” (2017)
Guo Yingguang, « Sans titre ». De la série « La joie de la conformité », 2016.

Lauréate du Prix Jimei x Arles-Madame Figaro Women Photographers 2017, Guo Yingguang a principalement travaillé comme photojournaliste pour Reuters, China Daily et d’autres médias. 

La série The Bliss of Conformity est née d’une enquête sur le phénomène social des « femmes restantes » en Chine, un terme désignant les femmes célibataires après la trentaine. Cette question a attiré l’attention de Guo Yingguang sur les « parcs de rendez-vous arrangés » où se retrouvent les parents pour trouver l’âme soeur de leurs enfants et la coutume contemporaine des  » mariages arrangés ». 

Lisez notre interview de Guo Yingguang ici ou découvrez son travail sur son site internet.

Pixy Liao, “Une relation expérimentale” (2018)
Pixy Liao, « Start Your Day with a Good Breakfast Together », 2009. Avec l’autorisation de l’artiste.

Pixy Liao(1979) est née et a grandi à Shanghai. Elle vit aujourd’hui à New York, après avoir obtenu un master en beaux-arts de l’Université de Memphis. Ses photographies, ses sculptures et ses vidéos explorent, avec humour et dans des couleurs pop, la question de l’identité et du genre. Elles remettent en question les stéréotypes et les représentations conventionnelles de la femme, des relations amoureuses et du couple hétérosexuel.

« Dans cette série, elle met en scène des photographies d’elle-même et de son petit ami japonais, Moro, afin d’explorer les façons dont les cultures nationales influencent et même informent les interactions propres aux relations amoureuses. Dans ses photographies, Liao pose souvent dans un rôle dominant, tandis que son petit ami adopte une position de soumission. […]Liao structure ses images de façon à souvent apparaître au-dessus de son petit ami, afin de le toiser, ou encore complètement habillée alors que lui est nu. Ces mises en scène subtiles prennent le contre-pied de nos attentes en matière de rôle attribué à un genre. » – Holly Roussell pour les Rencontres d’Arles.

Lisez notre interview de Pixy Liao ici ou découvrez son travail sur son site internet.

Luo Yang, “Youth” (2019)
Luo Yang, “Wang Yanyun”, 2016. Série « Girls ». Avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Née en 1984, Luo Yang appartient à la génération post-maoïste qui a grandi dans les bouleversements de la réforme et de l’ouverture économique de la Chine.

Ses portraits dépeignent une culture émergente de la jeunesse chinoise qui défie les attentes et les stéréotypes imposés. Son travail est un témoignage de l’individualité et de la personnalité de ses sujets. Féminité, genre, identité : elle reflète les profonds changements qui s’opèrent en Chine aujourd’hui.

Lisez notre interview de Luo Yang ici ou découvrez son travail sur son site internet.

Xu Xiaoxiao, “Watering my horse by a spring at the foot of the long wall” (2020)
Xu Xiaoxiao, « Portrait of a girl lying on corn pile », Gansu, 2018. From the series « Watering my horse by a spring at the foot of the Long Wall ». Copyright © Xiaoxiao Xu, 2020.

Xu Xiaoxiao est née dans le sud-est de la Chine, à Qingtian, près de Wenzhou, et a immigré aux Pays-Bas à l’âge de 14 ans. Passer la moitié de sa vie aux Pays-Bas a changé sa vision de la Chine. Son identité s’est aujourd’hui dédoublée puisqu’elle est à la fois chinoise en Europe et européenne en Chine.

Pour sa série Watering my horse, Xu Xiaoxiao s’intéresse aux activités humaines et à la vie quotidienne des gens qui entourent la Grande Muraille de Chine. Elle déjoue ainsi les symboles du monument : symbole de pouvoir, de peur de l’autre, d’isolement et d’unité. 

Découvrez-en plus sur le travail de Xu Xiaoxiao sur le site du Three Shadows Photography Art Center ou sur son site internet.  

#2 Luo Yang entre à la Cité internationale des arts de Paris

Luo Yang. Avec autorisation de l’artiste

Doors a accompagné et soutenu la candidature de la photographe chinois Luo Yang au programme de résidence de la Cité internationale des arts et de l’Institut français.

Du festival photo Jimei x Arles 2019 à l’édition 2021 du festival PhotoSaintGermain à l’A2Z Art Gallery, nous sommes fiers d’avoir initié ce pont entre l’une des photographes chinoises les plus talentueuses de sa génération et la France. Après s’être concentrée sur les femmes (série « Girls », 2007-2018) et la jeunesse chinoise (série « Youth », depuis 2019), cette résidence de recherche permettra à Luo Yang de se concentrer sur un nouveau projet sur la migration et l’identité culturelle.

Elle étudiera l’héritage et les mutations de l’identité chinoise dans différents contextes sociaux et culturels. En choisissant les familles comme objet d’étude, elle cherche à comprendre comment la notion d’identité culturelle évolue au fil des générations ; comment l’immigration et les habitude de la vie à l’étranger ont constitué un terreau propice au développement de nouvelles identités.

# 3 Une histoire mondiale des femmes photographes

 Empress Cixi

Impératrice douairière Cixi, Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution 

 Hou Bo

Hou Bo, "La fondation de la République populaire de Chine", 1949

 Xiao Zhuang

Xiaozhuang, "Un membre de la commune de Yinyang dans le pays de Qidong, province de Jiangsu, écoutant les nouvelles avec un casque", 1962

 Wong-Wo-Bik-Eu-mansion

Wong Wo Bik, "Garden, Euston Mansion".

 Wang Miao

Wang Miao, Part de l'album "The Mysterious Plateau of Tibet"

 Xing Danwen

Xing Danwen, "A Personal Diary"

 Cui Xiuwen

Cui Xiuwen, "Angel n°11", 2006

 Chen-Linyang-the-second-month-magnolia

Chen Lingyang, "Le Deuxième Mois Magnolia", 1999.

Doors a contribué à « Une histoire mondiale des femmes photographes » sous la direction de Luce Lebart et Marie Robert, paru en novembre 2020 aux éditions Textuel. La version anglaise paraîtra en 2022 chez Thames and Hudson.

Doors a coordonné la partie dédiée à la Chine : neuf notices biographiques signées par Bérénice Angremy, Marine Cabos(Photography of China), He Yining, Victoria Jonathan et Karen Smith.

L’impératrice douairière Cixi avait la main sur toutes les photographies prises d’elle, du costume au cadrage et à la composition. 

Hou Bo est l’une des photographes les plus célèbres de Mao Zedong. Elle a appris la photographie pendant la 2e guerre sino-japonaise (1937-1945), cherchant à présenter au monde une meilleure image du travail du Parti communiste chinois. 

Xiao Zhuang a débuté comme photo-journaliste dans les années 1950. Elle a documenté la vie quotidienne de la Chine de Mao entre les années 1950 et 1970. 

Wong Wo Bik explore l’esthétique de la disparition de la structure bâtie et du paysage urbain par le biais d’images fixes et mobiles. 

Wang Miao fait partie des fondateurs de l’April Photo Society. Née à Pékin en 1951, elle est une photographe autodidacte et a connu la même « époque de bouleversements » que nombre de ses pairs. 

Xing Danwen est l’une des photographes les plus éminentes ayant émergé dans les années 1990. Elle a dépeint la vie artistique de l’ « East Village » et du Pékin underground de cette époque. Lisez notre interview de Xing Danwen ici.

Cui Xiuwen faisait partie du Siren Art Studio, un collectif de femmes artistes dont les œuvres abordaient ouvertement des questions féministes. Elle voulait faire entendre la voix des femmes et trouver des lieux d’exposition dans un monde artistique dominé par les hommes.

Chen Lingyang est une artiste pionnière active dans les années 2000 qui a replacé le sujet de la féminité dans le contexte de la culture traditionnelle chinoise. La série la plus connue de Chen, « Douze mois de fleurs », renvoie simultanément, en évoquant des images privées et publiques, à l’expérience individuelle et collective des femmes vivant en Chine.   

#4 Female in focus

Jury du Prix Female in focus 2022

Victoria Jonathan, co-fondatrice de Doors, participe au jury du prix Female in Focus Award jury. Lancé en 2019 par le British Journal of Photography, ce prix est un appel ouvert aux photographes s’identifiant à des femmes dans le monde entier. Cette initiative annuelle vise à promouvoir et à récompenser le travail de femmes dans un secteur qui privilégie disproportionnellement les hommes.

Neuf autres femmes impliquées dans la représentation des femmes en photographie composent le jury : 
Nazik Armenakyan – 4 plus photo (@4plusphoto)
Katy Barron – Photofusion (@photofusionuk)
Melissa Bunni Elian – Natural Geography (@natgeo
Koral Carballo – Ruday colectiva (@rudaycolectiva
Karla Guerrero Femgrafia(@femgrafia)
Natasha Egan Museum of Contemporary Photography (@mocpchi)
Polly Irungu – Black womenphotographers (@blackwomenphotographers)
Alessia Locatelli – Biennale Fotografia Femminile (@bffmantova)
Jekaterina Saveljeva – Femlens (@femlens)


 

#5  Promouvoir l’émancipation des femmes dans la publicité

Le mouvement d’émancipation des femmes gagne du terrain au sein de la société chinoise par le biais de la culture pop et de la publicité. Pour le dernier volet de notre série Opening Doors for Women, nous avons mis en lumière quelques campagnes récentes qui défendent l’indépendance et la diversité des femmes chinoises. 

La campagne « NO BODY IS NOBODY » de Neiwai
Luo Yang, Campagne « No body is nobody », 2021.

En mars 2021, la marque chinoise de lingerie Neiwai a lancé le deuxième volet de son projet « NO BODY IS NOBODY », qui célèbre la diversité et l’inclusion du corps féminin. 

Dans une campagne dirigée par la photographe chinoise Luo Yang, 8 femmes aux morphologies variées racontent leur histoire à travers des vidéos et des photos. La campagne a également donné lieu à une production de contenu approfondie avec un podcast sur le discours féministe. La fondatrice de la marque, Liu Xiaolu, poursuit son attachement aux questions féminines à travers une association caritative appelée Forum « Her Voice » ‘她-说’. Ce forum donne la parole à des chercheurs, influenceurs et activistes inspirants sur divers sujets concernant la place des femmes dans la société. 

Regardez la vidéo ici.

Jia Zhangke, « Peacock, Peacock »
Jia Zhangke, Extrait de « Peacock, Peacock », 2022.

Pour la journée internationale des droits des femmes 2022 de Tmall, le célèbre réalisateur chinois Jia Zhangke a tourné un film de 15 minutes intitulé « Peacock, Peacock ». Le court-métrage rend hommage aux femmes qui poursuivent leurs rêves au quotidien.  

La vidéo présente la quête de rêve de deux femmes ordinaires, Jin Yiyi, col blanc, et Wang Juan, ouvrière dans une usine de confection. Il donne à voir des formes « d’entraide féminine », ou sororité.

Regardez la vidéo ici.

Articles DoorZine liés
À l'occasion de la journée internationale des femmes, Xing Danwen nous a présenté son travail autour des questions du local et du global, du désir et de l’identité féminine, de l’individu et du groupe dans la Chine ultra-urbanisée d’aujourd’hui.
Projets liés

Newsletter

Inscrivez vous à notre newsletter